how long after wine can you take ambien ambien price ambient weather radio comparison

valium online McKinney buy valium clonazepam and valium mixed

xanax gocce 0 25 mg buy xanax street cost of .5 xanax

valium for tinnitus treatment buy valium what does valium 10mg feel like

common side effects for tramadol buy tramadol online euphoric effects of tramadol

many bars xanax overdose xanax pills how long does xanax stay in your system on a drug test

soma store locations mn buy soma clinica soma trabaje con nosotros

what are the symptoms of taking valium buy valium online valium speed of action

ambien respiratory side effects ambien drug ambien teratogenic

ambien buy Aurora buy ambien online things to do while tripping on ambien

  • Retour sur les entretiens 2018 de Communication publique

    LA COMMUNICATION UN INVESTISSEMENT D’AVENIR

    La coordination des ECP est assurée par Laurent Setton, vice-président de Communication publique

    ven 23 Mar - 9:00 à 12:30

    Lieu : Ministère des solidarités et de la santé,

    14 avenue Duquesne, 75007 Paris

    Loading Map....

    Cliquez sur les images pour les agrandir

    Par Pierre-Angel Gay, administrateur de Communication publique

    Combattre les idées reçues n’est pas chose facile. Même (surtout) en matière de communication ! Les grands témoins, réunis vendredi 23 mars au ministère de la Santé, pour les Entretiens 2018 de Communication publique, ont donc pris des accents militants pour faire partager leur conviction. Non, la communication n’est pas une dépense inutile. Oui, c’est un investissement d’avenir !

    Des preuves ? David Heard, de Santé Publique France, a rappelé que le coût pour la collectivité de l’alcool et du tabac s’élevait à 240 milliards d’euros par an. Or, 25 % des fumeurs qui se sont laissé convaincre par la campagne du Mois sans tabac, ont arrêté de fumer ! Même constat, pour Emmanuel Barbe, délégué à la Sécurité routière : 40 années de promotion de la prévention ont ramené le nombre des morts sur la route de 18.000 à 3.500.

    Bien sûr, et Eric Zajdermann  de l’agence Anatome l’a souligné, il faut faire la part entre les effets des politiques dissuasives (hausse des prix du tabac, limitation de vitesse, par exemple…) et les bénéfices de la communication. « C’est vrai qu’une campagne ne suffit pas à changer les comportements, a reconnu Valérie Martin de l’ADEME. Mais elle change la perception de la population ». A condition, toutefois, de mettre « en avant les bénéfices que chacun peut en retirer », a complété Laurent Riéra, de la ville de Rennes. Les messages doivent donc être créatifs, ciblés, martelés, évalués !

    Mais investir dans la communication, ce n’est pas seulement pour les institutions publiques faire des économies. C’est aussi, parfois, une question de survie. « La communication nous a sauvé », a insisté la publicitaire Mercedes Erra, en rappelant avec humour qu’en prenant la présidence du Palais de la Porte Dorée, en 2010, elle s’était demandé s’il ne fallait pas… le fermer. Faute de visiteurs. Comment les faire venir ? Par une communication positive, rappelant que l’immigration, « c’est juste une chance pour la France ! » Tout, depuis, a été revisité, du logo aux thématiques des expositions.

    Même prise de conscience à l’Opéra de Paris, dont Jean-Philippe Thiellay a souligné qu’il devait à la fois affronter des concurrents nouveaux (Philharmonie, Seine musicale…) et s’autofinancer à hauteur de 55 %. « Un choc culturel énorme » qui a conduit l’établissement à privilégier désormais « l’agilité » des réseaux sociaux. Ces défis, concurrence et autofinancement, faisaient écho à ceux de Christophe Robert, de la Fondation Abbé Pierre, qui pour garder « sa liberté d’agir, sa liberté de dire », doit récolter des dons dans un univers où les bonnes causes sont toujours plus nombreuses. Au risque de développer une communication toujours plus agressive. Et de participer à la déprime collective…

    Or, à un moment où l’esquif de l’opinion peut à tout instant chavirer, comme l’a souligné en conclusion Jean-Paul Delevoye, haut-commissaire à la réforme des retraites, la communication publique doit doter chacun « d’une quille de convictions ». Et cela ne pourra se faire qu’en prenant le temps de préparer le terrain. La communication est plus que jamais un investissement d’avenir.

    Avec le parrainage du

    En partenariat avec

    Le programme

    Introduction François KOHLER, président de Communication publique, directeur de la communication de l’ARS d’Île-de-France. La communication, nous avons tous à y gagner ! Céline ACHARIAN, administratrice de Communication publique, directrice de la communication de l’Autorité de sûreté nucléaire ; Emmanuel BARBE, délégué interministériel à la sécurité routière ; David HEARD, directeur de la communication de Santé publique France ; Valérie MARTIN, cheffe du service mobilisation grand public, presse et institutionnel, direction de la communication de l’ADEME ; Laurent RIERA, directeur de la communication et de l’information de la ville de Rennes et Rennes Métropole. L’efficacité de la communication Eric ZAJDERMANN, président du Club des partenaires de Communication publique, directeur général d’Anatome. La communication ça peut rapporter gros ! Assaël ADARY, membre du Club des partenaires de Communication publique, président d’Occurrence. Mercedes ERRA, présidente du Conseil d’administration du Palais de la Porte Dorée, présidente exécutive de Havas World Wide ; Christophe ROBERT, délégué général de la Fondation Abbé Pierre ; Jean-Philippe THIELLAY, directeur général adjoint de l’Opéra national de Paris. Conclusions Jean-Paul DELEVOYE, haut-commissaire à la réforme des retraites.

  • VotreParole !

    Une proposition d’initiative, une idée originale à partager, un projet à faire connaître, ou bien même un sujet pour la revue Parole publique : dites-nous et nous vous contacterons.

    Écrivez-nous
    Cancel