can you mix maxalt and tramadol buy tramadol no prescription tramadol 50 mg and drinking

ambien in anoxic brain injury buy ambien online can you overdose on 2 ambien

obat alami untuk mengobati ambien buy ambien zolpidem buy Boise

soma medication headaches soma drug breakfast soma san francisco

valium per dolore valium no prescription needed buy diazepam Orange

is 5mg valium addictive buy generic valium ciprofloxacin and valium

can i take methylprednisolone and ambien buy ambien online does ambien give euphoria

tramadol weaning protocol tramadol 50 mg is diazepam stronger than tramadol

alprazolam Virginia buy xanax xanax taper

buy soma South Dakota buy soma online order soma Berkeley

Revue n°3 Septembre 2013

Sommaire

CHANGER

  • Confiance et performance. Jean-Paul Bailly

ANALYSER

  • La parole publique doit dire le réel. Jean-Daniel Lévy

 

DOSSIER

VALORISER LES ACTIFS IMMATÉRIELS
PUBLICS : UN NOUVEAU CHAMP POUR LA COMMUNICATION

 

PRODUIRE

  • Archives de la communication, communication d’archives, communication sur les archives. Agnès Magnien

CHANGER

  • La modernisation publique : une co-construction avec le secteur social. Jean-Marc Borello

PARTAGER

  • À propos de « Propaganda, power and persuasion ». Pierre-Alain Douay

Dossier

Valoriser les actifs immatériels publics : un nouveau champ pour la communication

NOMS, LICENCES, LABELS ET MARQUES ; lieux chargés d’histoire et de sens, savoir-faire et expertise ; « data », « open » ou non, données « publiques » ou non ; image, réputation… et e-réputation : autant d’actifs immatériels dont la réalité aujourd’hui incontestée n’a d’égale que la difficulté à en appréhender la diversité, l’instabilité, la relativité, bref la complexité. Ainsi, pour beaucoup de responsables d’institutions publiques, l’immatériel est-il un champ d’action qu’ils doivent en même temps découvrir et investir : il en va d’une meilleure valorisation des actifs publics et d’une rénovation de l’action publique au bénéfice des citoyens, usagers, clients… et des agents.

 

L’immatériel public apparaît ainsi à la fois comme un capital réel à évaluer, à exploiter et à gérer, un champ managérial à préciser et à partager, un terrain de concurrence -un marché ?- mondialisé et chaotique, une source de ressources nouvelle pour les administrations et les services publics, mais aussi pour le secteur privé avec lequel doivent s’installer de nouvelles relations. Car, dans leur activité quotidienne, les collectivités publiques produisent des données brutes dont elles doivent permettre la réutilisation par les citoyens, les entreprises, les chercheurs, les associations et d’autres acteurs publics.

 

Les organismes publics de tous niveaux se trouvent ainsi :

  • détenteurs (propriétaires ?) de données (statistiques, juridiques, financières, géographiques, météorologiques, etc.) sur les territoires, les patrimoines, les personnes ;
  • propriétaires (à quel point ?) de noms, marques, brevets, contrats et licences, droits de propriété intellectuelle (industrielle, littéraire, artistique, numérique), droits d’image (lieux, sites, immeubles, oeuvres d’art) ;
  • exploitants et loueurs (quels tarifs ?) de bâtiments et d’espaces publics pour des usages privés, éventuellement commerciaux ;
  • gestionnaires et comptables (quelles normes et mesures ?) d’une notoriété, d’une image, d’une réputation ;
  • héritiers (quels droits et devoirs ?) d’une histoire, d’une tradition, d’archives, de savoir-faire…

 

Analyser l’institution publique du point de vue de l’immatériel, c’est porter un regard nouveau et proposer une nouvelle lecture des services rendus, un questionnement inédit pour en mesurer la valeur et en anticiper les évolutions. Les professionnels de la communication doivent saisir les opportunités d’utilité, de reconnaissance et d’évolution professionnelles que leur offre ce nouveau souffle donné à l’action publique ; ils doivent redéfinir leur expertise, leur rôle, leurs responsabilités dans l’identification, l’évaluation et la valorisation de ces actifs immatériels. Comment ?

 

Ce dossier, réalisé avec la précieuse collaboration de l’APIE, vise à répondre à quelques-unes de ces questions.

 

Diane de Sainte Foy et Pierre-Alain Douay

Réalisé sous la direction de Diane de Sainte Foy

 

  • Les actifs immatériels publics, source de croissance et levier de re-design de l’agenda public. Ahmed Bounfour

 

  • Identification et pilotage du patrimoine immatériel public. Kristof De Meulder

 

  • Un tableau de bord des actifs immatériels pour mieux piloter l’institution. Diane de Sainte Foy

 

  • Patrimoine immatériel, réputation et image des entités publiques Entretien avec Danielle Bourlange, directrice générale de l’APIE

 

  • Le territoire : une marque, des marques, pas de marque du tout ? Georges Lewi

 

  • Marketing, marque, territoire : communiquer c’est choisir. Corinne Descours

 

  • Le patrimoine public à l’écran : l’image a un prix. André Etancelin

 

  • Open data : levier de modernisation et enjeu de souveraineté. Henri Verdier

 

  • L’ouverture des données au service d’une nouvelle communication publique. Xavier Crouan

 

  • Open data en Saône-et-Loire : transparence et modernisation. Pierre-Paul Pénillard
Lu pour vous
VotreParole !

Une proposition d’initiative, une idée originale à partager, un projet à faire connaître, ou bien même un sujet pour la revue Parole publique : dites-nous et nous vous contacterons.

Écrivez-nous