valium skutki valium without prescriptions prolonged use of valium

is it ok to take tramadol while on suboxone tramadol online cod tramadol y euforia

valium and ulcers diazepam 5mg how long to drive after valium

valium under 18 buy valium online how to get my doctor to prescribe valium

ambien side effects webmd ambien online no prescription is ambien habit forming

tramadol cross tolerance cheap tramadol online what group of drug is tramadol

purchase xanax Las Vegas buy xanax sleep paralysis and xanax

pet store soma buy soma argento soma episode 17 english dub

ambien negative reviews buy ambien ambien used recreationally

what does red wine and ambien mean buy ambien ambien patient ratings

Revue n°5 Avril 2014

Sommaire

COMPRENDRE

  • Le courage de la vérité : la parrêsia, un enseignement pour l’activité politique en démocratie Cynthia Fleury
  • Les six pouvoirs du mot Denis Muzet

LIBRE PAROLE

  • Les éléments de langage, illusoire cohérence Michèle Cotta

CHANGER

  • Évaluation de la politique de communication gouvernementale Secrétariat général à la modernisation de l’action publique
  • Communication gouvernementale : faire cause commune pour être plus efficaces Entretien avec Philippe Guibert
  • Édition publique : quelle information pour quel public ? Michel Pinault

 

  • Participation : un apprentissage collectif Nathalie Loiseau
  • La communication publique entre ruptures et recomposition Didier Chauvin

PRODUIRE

  • Résistance : communiquer c’est agir Entretien avec Jean-Louis Crémieux-Brilhac

  • Communiquer sur le futur pour fédérer le territoire du présent Philippe Vasseur
  • La communication publique n’est pas un produit de commodité Éric Zajdermann

     

DOSSIER

LANGAGE(S) PUBLIC(S) COMMENT PARLENT LES INSTITUTIONS ?

Dossier

Langage(s) public(s) : comment parlent les institutions ?

Nous sommes face à un paradoxe : la langue est le lien le plus fort qui unit les hommes dans la cité, qui permet de rendre accessible l’administration, mais qui risque, en même temps, de contribuer à isoler, discriminer, voire exclure certains de nos concitoyens.

 

Les professionnels de la communication publique, qui ont une responsabilité particulière en la matière, tendent parleur action à réduire ce paradoxe dans la sphère qui leur est propre. Leurs messages doivent en effet être précis et s’adresser au plus grand nombre alors que leurs outils – les termes du langage administratif – sont complexes.

 

Certes, l’usage de la langue française est un droit essentiel garanti par la Constitution qui fonde notre identité depuis l’Édit de Villers-Cotterêts de 1539. Mais quelle langue française parle-t-on dans l’administration ?

 

C’est une langue bien particulière qui s’est façonnée au cours des siècles, retenant de chaque domaine qu’elle couvre ses usages spécifiques, peu communs, moins connus. Elle est au carrefour de plusieurs langages spécifiques : ceux du droit, de la fiscalité, du budget, de la culture, de l’économie, de l’écologie, etc., auxquels se sont amalgamés d’autres langages comme ceux des collectivités territoriales, de l’Europe- ou des technologies. À ces langages se sont encore superposés, au fil des années, des termes propres aux besoins- transversaux de l’administration.

 

Cette complexité n’est-elle pas un frein dans le défi de la confiance et de la transparence, deux enjeux essentiels de notre démocratie et de sa communication ? Pour qui parle-t-on ? De quoi parle-t-on ? Pour quoi parle-t-on ? Mais surtout comment parle-t-on ?

 

Ce dossier, qui fait logiquement suite au précédent qui traitait de la concertation et de l’écoute (PAROLE PUBLIQUE n°4), donne la parole à des universitaires ainsi qu’aux acteurs- et porteurs de la parole publique. Tous nous livrent leur regard et leur expérience, nous invitent à réfléchir sur nos propres pratiques confrontées aux mutations profondes de notre société. Chaque point de vue permettra de mieux appréhender notre galaxie des langages administratifs, forgés parallèlement au parler plus courant des Français, afin de répondre à des besoins spécifiques.

 

Un tel projet ne peut prétendre à l’exhaustivité. Aussi, nous avons privilégié des approches croisées sur un panel de sujets. Chacun trouvera cependant matière à réflexion pour son propre champ d’intervention.

 

Et qui mieux que PAROLE PUBLIQUE, au fil des ans et sur un sujet aussi inépuisable, pourra continuer à questionner nos langages publics ?

 

Yves Bomati et Philippe Deracourt

Réalisé sous la direction d’Yves Bomati et Philippe Deracourt

  • Le problème de l’énonciation dans la communication publique Denis Bertrand
  • Comprendre le langage de l’administration : une affaire de termes Dardo de Vecchi
  • Traduire les noms d’institutions John Humbley
  • 3939 : le renseignement par téléphone, un moyen pour clarifier le langage administratif Centre d’appels interministériel
  • Les mots de la pauvreté Typhaine Cornacchiari
  • Textes simplifiés, ortograf altêrnativ et autres innovations pour l’accessibilité à l’information Jacques Langevin, Sylvie Rocque
  • Parler du cancer : mots dits, mots tus Valérie Delavigne
  • Les mots du sida Philippe Artières
  • Les capacités des adultes à maîtriser des informations écrites ou chiffrées Nicolas Jonas
  • Les chiffres et leurs maux Assaël Adary
  • Langues de bois, com’ et liberté Arnaud Benedetti
  • La société numérique absente du discours public Sophie Pène
  • À l’heure du numérique, le style, c’est l’institution Jeanne Bordeau
Lu pour vous
VotreParole !

Une proposition d’initiative, une idée originale à partager, un projet à faire connaître, ou bien même un sujet pour la revue Parole publique : dites-nous et nous vous contacterons.

Écrivez-nous
Cancel