side effects mixing valium alcohol valium 5mg diferencia entre valium y trankimazin

soma ege linyit işletmeleri soma online qual a soma dos 20 primeiros pares positivos

advantages of taking phentermine buy phentermine phentermine before or after exercise

temazepam like ambien buy ambien online order ambien Fremont

can valium make dogs hyper buy valium online diazepam Pittsburgh

valium cannabis withdrawal valium for anxiety will valium help my fear of flying

side effect of tramadol addiction tramadol 50mg can tramadol cause swelling feet

which xanax is stronger green or white generic xanax cross tolerance ambien and xanax

tramadol plus bupropion tramadol overnight shipping can you take phenergan and tramadol

is it bad to mix xanax and clonazepam buy xanax alprazolam 2mg vs xanax

Notice

Le numérique et les droits fondamentaux

Étude annuelle du Conseil d’État septembre 2014

Couverture PAROLE PUBLIQUE N°7

Le Conseil d’État constate que le numérique a suscité la reconnaissance de nouveaux droits fondamentaux : droit à la protection des données, droit d’accès à Internet. Internet a entraîné de profondes modifications du régime juridique de plusieurs libertés fondamentales : liberté d’expression, liberté d’entreprendre, droit à la sécurité, etc. L’ambivalence du numérique – nouveaux espaces et nouveaux risques pour les libertés – impose de repenser la protection des droits fondamentaux pour l’adapter à l’explosion des données, au rôle des grandes plateformes et au caractère transnational d’Internet. C’est pourquoi le Conseil souhaite un renforcement des pouvoirs des individus : droit de déréférencement, droit d’alerte en matière de protection des données personnelles, création d’une action- collective en matière de protection des données, etc.

“Renforcer les pouvoirs des individus, soumettre les plateformes à une obligation de loyauté.”

Pour autant, le Conseil ne juge nécessaire ni de compléter la liste des droits fondamentaux, ni de proclamer des droits fondamentaux spécifiques au numérique, ni de modifier la conception du droit à la protection des données personnelles issue de la loi Informatique et libertés du 6 janvier 1978. Mais il appelle à définir un socle de règles impératives applicables à tous les acteurs quel que soit leur lieu d’établissement. Et propose de consacrer le principe de neutralité du net, d’encadrer l’utilisation des algorithmes, de créer une nouvelle catégorie juridique pour les plateformes et de les soumettre à une obligation de loyauté qui serait le pendant du principe de neutralité des opérateurs de télécommunications.

VotreParole !

Une proposition d’initiative, une idée originale à partager, un projet à faire connaître, ou bien même un sujet pour la revue Parole publique : dites-nous et nous vous contacterons.

Écrivez-nous
Cancel