ambien to quit drinking buy ambien online buy ambien in us

is ambien a safe drug zolpidem no prescription order ambien Cleveland

taking zofran and tramadol tramadol 50 mg mixing tramadol and mersyndol

buy soma online next day delivery buy soma soma ile ilgili kısa şiirler

levitra max dosage levitra pills efectos del medicamento levitra

dog grooming soma san francisco buy soma online without prescription diving sheraton soma bay

is valium xanax the same generic xanax how to crush xanax xr

xanax airplane sleep buy xanax online effet du xanax a long terme

what fillers are in xanax buy xanax can i drink coffee while taking xanax

es mejor la viagra o el cialis buy viagra professional online reasons for using viagra

Notice

L’esprit démocratique des lois

Dominique Schnapper NRF Essais, Gallimard, 2014

La fille de Raymond Aron s’attache ici aux dérives qui peuvent « corrompre » la démocratie. Les plus insidieuses naissent de « l’exagération » des aspirations à la liberté et à l’égalité : c’est à ce glissement vers « l’ultra-démocratie » que l’ouvrage est consacré, à la transformation « du citoyen en individu, soucieux avant tout de son bien-être personnel et immédiat ». Bref, au citoyen s’est substitué un homo democraticus aux attentes insatiables et perpétuellement renouvelées…

“La démocratie est fragile et doit être protégée d’elle-même.”

La demande de protection avait conduit, avec l’État providence, à la « démocratie providentielle ». La demande d’égalité, avec des relations entre individus de plus en plus « horizontales », conteste l’autorité, désacralise les politiques et conduit à une « démocratie d’opinion » dont le rythme – celui des médias, des sondages et d’internet – n’a rien à voir avec celui des décisions et de leurs effets. La demande de contre-pouvoirs, de démocratie directe ou participative, concurrence le pouvoir institutionnel. La demande d’identité(s), sexuelles mais surtout ethniques et religieuses, déstructure « l’espace commun de la citoyenneté » : la puissance du communautarisme repose sur le sacré, sur des figures mythiques qui parlent aux imaginations alors que la démocratie est « vide », désincarnée, liée à la légitimité d’institutions et non de personnes… Bref, la démocratie est fragile et doit être « protégée d’elle-même ». Nous voilà prévenus…

VotreParole !

Une proposition d’initiative, une idée originale à partager, un projet à faire connaître, ou bien même un sujet pour la revue Parole publique : dites-nous et nous vous contacterons.

Écrivez-nous
Cancel