can i take adderall after xanax buy xanax online legally expiration on xanax

does phentermine cause menstrual bleeding herbal phentermine phentermine paypal

valium Carlsbad buy valium xanax valium interaction

valium pristiq diazepam 5mg se le puede dar valium a un gato

does ambien really expire buy ambien online how old do you have to be to take an ambien

drug testing for ultram tramadol buy tramadol online no prescription can you give a cat tramadol for pain

what is tramadol medication for tramadol overnight shipping is tramadol an inflammatory

how long before you sleep after stopping ambien buy ambien what to tell doctor to get ambien

10mg valium australia diazepam 5mg purchase diazepam Cedar Rapids

can valium give you energy buy valium valium feeling cold

Notice

La France des cités – Le chantier de la citoyenneté urbaine

Jacques Donzelot Fayard, coll. Documents 2013

L’ouvrage s’organise autour de quatre questions : pourquoi les cités sont-elles devenues un problème après avoir été une solution ? Quel est l’effet du traitement des lieux sur les habitants ? Faut-il aider les gens dans les lieux ou les aider à en sortir ? Comment intégrer l’urbain dans la citoyenneté ? A Bordeaux, Strasbourg, Lyon, Rouen, Marseille, Grenoble et Villiers-Le-Bel, depuis trente ans, à la « ville des lieux » s’est substituée la « ville des flux » où l’accent est mis sur le désenclavement, la connexion.

« À la « ville des lieux » s’est substituée la « ville des flux » »

Pourtant, « dans les cités rénovées à Vénissieux ou à Vaulx-en-Velin, on est plus frappé par la montée des coutumes et des costumes des pays d’origine, par le spectacle d’un quartier-village, que par celui d’une cité ouverte sur la ville ». Et l’image de la cité a tourné en négatif, associée « à la concentration d’une population immigrée privée d’emploi et d’avenir par l’échec scolaire, tentée par les trafics illégaux, prompte à l’émeute ». C’est que l’intégration n’est pas seulement question de « traitement des lieux » mais de politique sociale : la cité sera un lieu de relégation tant que les politiques publiques « laisseront en friche les capacités d’expression, d’initiative et d’action des habitants », « la pluralité de savoirs propres aux identités collectives et individuelles, aux appartenances culturelles, aux croyances religieuses ». Le « pouvoir d’agir » collectif leur permettrait d’acquérir une « citoyenneté urbaine », d’être des acteurs politiques donc.

VotreParole !

Une proposition d’initiative, une idée originale à partager, un projet à faire connaître, ou bien même un sujet pour la revue Parole publique : dites-nous et nous vous contacterons.

Écrivez-nous
Cancel