mixing phentermine and lexapro phentermine hydrochloride phentermine and topamax dosage

phentermine side effects itching buy phentermine phentermine clinic las vegas

el valium es para dormir buy vallium online is diazepam the generic name for valium

confezioni levitra 20 mg levitra generic viagra cialis and levitra comparison

ortopedia clinica soma soma 350 mg soma town and country houston

will tramadol help a cough buy tramadol citalopram hydrobromide and tramadol

how can i get high on valium buy valium verschil valium diazepam

ambien and benadryl overdose ambien cost can i take ambien while on lexapro

frutas viagra natural buy viagra professional online sildenafil Palm Bay

discount in ambience mall ambien sleep ambien makes pictures move

Notice

L’économie des besoins – Une nouvelle approche du service public

Jacques Fournier Editions Odile Jacobs, février 2013

Conseiller d’État, secrétaire général adjoint de l’Élysée, secrétaire général du Gouvernement, président de GDF, puis de la SNCF, Jacques Fournier analyse à la fois les activités régaliennes de l’État, les besoins essentiels tels que l’éducation, la santé, l’aide sociale, le logement et les services de réseaux essentiels au pays : télécommunication, poste, énergie, routes, etc.

« Les services publics sont plus que jamais d’actualité dans un monde plus ouvert, plus marchand et plus risqué. »

Contre la pensée dominante, il considère que les services publics restent les mieux placés pour organiser, contrôler et fournir des services qui relèvent de l’intérêt général, que leurs principes et méthodes sont plus que jamais d’actualité dans un monde plus ouvert, plus marchand et plus risqué pour les parcours individuels. Il y a des champs de la vie humaine et sociale où les règles de l’économie de marché doivent laisser place à celles de « l’économie des besoins », où les services ne doivent pas être assurés dans les seuls cas où existe une demande solvable mais dans tous les cas où ils constituent un besoin essentiel pour les populations. Jacques Fournier ne sous-estime pas la nécessité des changements : il appelle à une nouvelle gouvernance du service public, à une participation des citoyens à la définition des missions, à une interaction entre les acteurs privés et publics. Il ne souhaite pas un retour à l’État opérateur des années 1960 mais rappelle une évidence : au politique la définition des besoins essentiels, au régulateur la détermination des conditions opérationnelles de la prestation, aux opérateurs publics et privés la prestation de ces missions, sous contrôle des pouvoirs publics.

VotreParole !

Une proposition d’initiative, une idée originale à partager, un projet à faire connaître, ou bien même un sujet pour la revue Parole publique : dites-nous et nous vous contacterons.

Écrivez-nous
Cancel