order tramadol Oxnard buy tramadol online what is the indication for tramadol

does xanax make time go by fast generic xanax zoloft xanax and weed

soma smoothie commuter buy soma online without prescription mino-soma końskie

valium varighet buy generic valium does valium cause increased appetite

what is xanax dependency buy xanax get xanax Provo

where to buy otc phentermine buy phentermine phentermine waldorf md

is it ok to take 40mg of ambien buy zolpidem online drug food interactions ambien

does ambien hurt your stomach buy ambien online ambien side effects 2010

purchase xanax Hayward buy xanax online can u take xanax with food

consulta aura soma buy soma soma band el paso

Notice

Le règne des entourages, cabinets […]

Ouvrage collectif* Presse de SciencesPo, 2016

Le règne des entourages, cabinets et conseillers de l’exécutif

Depuis la Libération, les cabinets et les entourages ministériels ont pris de plus en plus de place. En France, comme au Royaume-Uni et en Allemagne, cela s’explique par l’accélération du temps politique et la multiplication des partenaires impliqués dans la production des politiques publiques : les ministres ne peuvent pas être partout, tout le temps. Sous peine d’implosion, le traitement des dossiers doit donc être fait par un cerveau collectif : l’entourage.
Au total, le ministre n’est plus une personne physique : les cabinets ministériels coexercent le pouvoir gouvernemental. Une part considérable du pouvoir exécutif – initiative et rédaction des projets de loi et de décret, défense des textes en interministériel et devant le Conseil d’État, contrôle de l’administration – est partagée entre les ministres, les cabinets et les sommets de l’administration. Le directeur de cabinet, presque toujours haut fonctionnaire, est devenu un vice-ministre de facto, directeur des directeurs d’administration centrale du ministère et décideur de droit commun de tous les dossiers non sensibles. Cette fiction logique, sur laquelle repose ce système bien rodé, s’avère fragile quand les choses tournent mal.

Le ministre n’est plus une personne physique

Faut-il en finir avec les cabinets ministériels ? Pour les auteurs, la mainmise des énarques sur nos entourages peut sembler pesante, mais au moins sont-ils compétents et probes… Pour restaurer la capacité des ministres à parler en direct avec les dirigeants administratifs, ils proposent autour du ministre une équipe restreinte aux fonctions politiques sous la houlette d’un chef de cabinet. Les missions du directeur de cabinet – coordination des directeurs, préparation du travail normatif – seraient dévolues à un secrétaire général du ministère “à l’anglaise”. L’intérêt de cette réforme serait de clarifier le fait que la France est cogouvernée par les hauts fonctionnaires…

 

* sous la direction de Jean-Michel Eymeri-Douzans, Xavier Bioy et Stéphane Mouton

VotreParole !

Une proposition d’initiative, une idée originale à partager, un projet à faire connaître, ou bien même un sujet pour la revue Parole publique : dites-nous et nous vous contacterons.

Écrivez-nous
Cancel