how many milligrams is a bar of xanax buy xanax xanax makes me suicidal

xanax in der schweiz xanax online no prescription dr wont refill xanax

valium to stop smoking buy valium valium induced delirium

can you half ambien ambien for sale cost ambien xr

can you die from taking 5 ambien buy ambien is restoril or ambien stronger

can you use tramadol with suboxone tramadol 50 melange tramadol et ibuprofene

can you take zyrtec and valium purchase valium valium p¥ resept

90 mg valium buy valium how do you know if valium is working

oval white 58 93 tramadol codeine order tramadol ketorolaco tramadol nombre comercial

white pill teva valium purchase valium can i take valium for depression

Notice

Laïcité et république

Jean-Marc Sauvé, vice-président du Conseil d'État

Intervention lors de la Conférence Olivaint, 6 décembre 2016

Le mot sent la poudre, disait le juriste Jean Rivero. Née comme une idéologie de combat, la laïcité a été construite dans un contexte tumultueux marqué par les passions sous-jacentes aux débats. Le débat n’a jamais cessé, tant la notion apparaît équivoque, périlleuse à manier. En 1905 comme aujourd’hui – avec le port des signes religieux à l’école ou du burkini sur les plages – chacun semble avoir sa propre conception. Pourtant, la laïcité était devenue petit à petit un principe  fédérateur, la longue querelle du financement et du contrôle de l’enseignement privé semblant apaisée depuis 1985.

Le débat n’a jamais cessé, tant la notion apparaît équivoque, périlleuse à manier.

Mais la laïcité est aujourd’hui à nouveau interrogée et perturbée : les évolutions de la société et du paysage religieux renouvellent les conditions dans lesquelles le principe est envisagé par les pouvoirs publics comme par nos concitoyens. Dans un cadre marqué par l’émergence de nouveaux cultes, comment assurer aujourd’hui la liberté de conscience et de culte et, par suite, le pluralisme  religieux ?

Comment garantir l’effectivité de ces principes, sans remettre en cause les principes républicains ? Pour le vice-président du Conseil d’État, la loi du 9 décembre 1905 entérine un principe de liberté et d’égalité religieuse que la jurisprudence de son institution n’a cessé de rappeler. Pour répondre aux crispations que provoquent actuellement certaines manifestations du fait religieux en France, ce sont ces mêmes principes de liberté et d’égalité qu’il convient toujours d’appliquer.

6 décembre 2016 (téléchargeable sur le site du Conseil d’État)

VotreParole !

Une proposition d’initiative, une idée originale à partager, un projet à faire connaître, ou bien même un sujet pour la revue Parole publique : dites-nous et nous vous contacterons.

Écrivez-nous
Cancel