how will ambien make me feel buy ambien can you take ambien and valium together

do you need a prescription for ambien in canada buy ambien lyrica mixed with ambien

ambien pounding heart buy ambien ambien during labor

is it safe to take ambien with high blood pressure ambien 10 mg order zolpidem Tennessee

normal ambien cr dosage buy ambien mixing claritin and ambien

is there anything better than xanax for anxiety xanax price can u take xanax and advil

can i mix xanax and codeine buy xanax xanax surveillance

get ambien Concord buy ambien online purchase zolpidem Providence

soma breakfast places soma 350 mg a soma das medidas dos ângulos internos de um quadrilatero

obat tramadol tablet buy tramadol online no prescription overnight tramadol medication effects

Pascal Martin.

Innover : pour faire plus et mieux avec moins

Pascal Martin

Chargé de mission transformation numérique à l’Ucanss

Publié le 09 Nov 2015

Pascal MARTIN est chargé de mission transformation numérique à l’Union des caisses nationales de sécurité sociale (UCANSS) depuis 2014. En parallèle, il est enseignant à Paris V et à l’Université de Versailles-Saint-Quentin. Il a été directeur de la communication de la Cnav (assurance retraite) puis de la Cnaf (allocations familiales). Il est diplômé de Sciences Po paris.

Dîner du Club des Partenaires, intervention du 04 novembre 2015.

Xavier de Fouchécour, Directeur de l’Agence Beaurepaire – Pascal Martin, Chargé de mission transformation numérique à l’Ucanss – Emmanuel Rivière, Directeur Business team stratégie d’opinion chez Tns-Sofrès.

Innover : pour faire plus et mieux avec moins,

Des nouvelles opportunités à saisir pour la communication publique.

 

« Bonsoir à toutes et à tous,

  • Innover, c’est typiquement un buzz word, nous sommes dans le cliché des éléments de langage politique actuel, vous conviendrez avec moi de l’empressement des communicants à utiliser le mot innover quand les idées manquent.
  • Pour faire plus et mieux avec moins, s’apparente à une pirouette managériale, une sorte d’escroquerie lexicale.
  • Quant aux nouvelles opportunités à saisir pour la communication publique, excusez-moi mais cela n’est pas la première fois qu’on nous entendons une telle promesse.

Qui a dit balivernes ? Et malgré cela vous pensez réellement apprendre quelque chose avec une telle accroche ! Je me demande si vous avez bien réfléchi avant de vous inscrire pour ce dîner ?   Autant vous dire que si l’un d’entre nous n’a pas réfléchi avant de répondre favorablement à cette invitation et de plus pour prendre la parole devant vous, c’est bien moi. Après ma réponse affirmative à cette demande, j’ai été pris d’un affreux sentiment se situant, une fois seul face à l’élaboration des propos à tenir devant vous, entre le piège et l’envie de fuir. Sur ma route, j’ai croisé Xavier et Emmanuel, ce qui fait que nous serons trois à essayer de résoudre l’équation de l’innovation. Trois hommes (sans autres commentaires) que je caricature à grands traits : l’homme des chiffres, l’homme des idées, l’homme des exemples concrets.

Vous en conviendrez, nous vivons une époque formidable et depuis quelques années maintenant, la révolution numérique est là, bien là même. Elle accompagne notre quotidien et parfois nous bouscule en tant que communicant. Reconnaissons que nous avons du mal à en saisir la diversité des contours. Et pourtant, insidieuse, nous l’accompagnons fièrement dans le web 1.0, puis 2.0… dans nos communautés professionnelles, dans la transformation de notre vie quotidienne en s’appuyant sur un axiome faire plus et mieux ! Si cela peut apparaître comme une opportunité pour la communication publique, c’est avant tout un formidable défi qu’il nous faut relever et certainement en mode collectif. Mon but n’est pas de vous parler d’innovation portée par la révolution numérique dans ses grandes lignes, mais de prendre des exemples précis, concrets dans les services publics. Nous pourrons débattre ensemble des opportunités qui s’offrent ainsi aux communicants. Car, les SP progressent, innovent, discrètement – trop discrètement penseront certains–, la transformation numérique les concernent et les acteurs des SP en prennent conscience en voici la preuve par trois !

 

Les trois domaines de communication publique qui inspirent cette présentation sont l’éducation, la solidarité nationale et nos institutions.

Pour l’éducation qui aurait imaginé que les autorités éducatives de SciencesPo finiraient par mettre la totalité de leurs cours en ligne, poussées il est vrai par l’exemple des grandes universités américaines ? OK, ce n’est pas en cela que réside l’innovation du faire plus et mieux avec moins. Aussi, pour démontrer mon propos, je prendrai l’exemple de la phone class produite par Dominique Boullier le patron du Média-Lab. Un centre de recherche qui jusqu’à aujourd’hui n’ouvrait ses portes qu’aux initiés. Et bien, je vous le dis, la révolution d’octobre est passée par la rue St Guillaume. Cela fait un mois qu’il vous est possible sur votre Smartphone de suivre la phone class sur les enjeux socio-politiques du numérique. Le téléphone portable étant devenu le premier point d’entrée des contenus, il était logique que les contenus éducatifs franchissent le pas.

Une application Sciences Po accessible en ligne gratuitement sur votre Smartphone !

Sciences Po dans la poche, partout, en tous lieux donc en mobilité. De l’innovation pédagogique qui fait plus et mieux avec moins. En effet, cet apprentissage nécessite de pouvoir compenser en intensité ce que l’on perd en durée d’attention. Vous suivrez chacune des huit « saisons » de cours construite autour d’un thème traité en vidéos de 2 minutes 30. L’innovation se cache aussi dans le coopératif en s’organisant en équipe de travail avec une méthode qui se rapproche du jeu. Chaque groupe constitué doit résoudre un challenge. Les apprenants sont dans une posture d’exploration collective qui leur permettra de développer des savoir-faire de coopération et de créativité de plus en plus recherchés dans le monde professionnel. Si vous souhaitez comprendre le numérique je ne peux que vous inviter, à rechercher l’application sur App Store ou Google Play pour suivre mieux qu’à la télé votre série préférée.

La solidarité nationale à présent, autre exemple concret : la mise en œuvre au sein du Sgmap (Secrétariat général à la modernisation de l’action publique) d’une « start-up d’État ». J’en vois sourire, ils ont tort ça existe, je l’ai rencontrée. Non ces deux mots ne sont pas antinomiques. Ce site s’appelle mes-aides.gouv.fr, il met à votre disposition toutes les aides sociales auxquelles vous pourriez prétendre. En très peu d’écrans qui vous demandent des informations sur votre situation, vous accédez aux montants des prestations sociales, associatives ou des collectivités territoriales auxquelles vous pouvez prétendre. mes-aides.gouv.fr est actuellement en phase de test dans deux départements, son déploiement est prévu début 2016. C’est bien une innovation qui fait très nettement plus et mieux avec moins. L’équipe à Bercy est constituée de quatre personnes ! Nous avons tous été confrontés un jour à la recherche du bon guichet, aux bons horaires, avec les bons documents. Seul face à la machine administrative, tâtillonne, désagréable parfois, complexe souvent.

Une fois le travail achevé par cette start-up d’État une nouvelle vie administrative commencera simplifiée et rapide,

je vous laisse l’imaginer dans vos rêves de communicants publics les plus fous, comme apporter des solutions aux problématiques d’accueil physique ou téléphonique par exemple. Reconnaissons que cela représente une autre opportunité de mettre en avant la qualité des SP et d’en faire une belle opportunité de communication. Je le précise à dessein, tout en renforçant les valeurs fondamentales d’équité, de neutralité et de solidarité.

Mon dernier exemple touche au cœur de notre système démocratique, la vie même de nos institutions, car il s’agit de l’élaboration de la loi. À l’occasion de la préparation du projet de loi numérique, la secrétaire d’État Axelle Lemaire a mis en ligne la possibilité pour tous les citoyens de contribuer à l’élaboration de la future loi. Cette consultation était ouverte à tous, pendant trois semaines, à un moment propice du cycle d’élaboration qui permet de prendre en compte les 10 avis les plus appréciés par les internautes eux-mêmes. Une façon de reconnaître que de la multitude peut venir de grandes idées et qu’il serait dommageable pour la collectivité de ne pas en profiter.

Une façon d’apprendre à s’appuyer sur l’intelligence collective, qui n’a pas toujours l’occasion de s’exprimer, bien que nous soyons dans une démocratie, voilà de l’innovation.

Nous pouvons nous poser la question de savoir si l’on fait plus et mieux sans aucun doute, avec moins certainement pas, au contraire avec tous. Pour la question du moins, c’est du côté du moindre coût financier que nous trouverons la réponse.

 

En conclusion, retenir trois mots : MUTLITUDE – RAPIDITÉ – MOBILITÉ et deux concepts essentiels : tout passe par le changement d’organisation en interne et la capacité des communicants à rendre l’innovation intéressante, que chacun y trouve un intérêt.   Des mots clés et des concepts dont les politiques de communication dans les SP devront s’emparer pour faire de la communication publique de demain une communication qui a de l’avenir.

Merci. »

VotreParole !

Une proposition d’initiative, une idée originale à partager, un projet à faire connaître, ou bien même un sujet pour la revue Parole publique : dites-nous et nous vous contacterons.

Écrivez-nous
Cancel