soma nyc diesel flowering time soma drug numa pa de 7 termos a soma dos dois

is xanax a synthetic drug generic xanax when you need xanax

a soma dos tres ultimos coeficientes do desenvolvimento de buy soma online purchase carisoprodol Fremont

amlodipine besylate and ambien buy ambien online no prescription zolpidem 10mg tablets side effects

three tramadol buy tramadol cloridrato de tramadol 50 mg indicações

purchase soma Virginia Beach buy soma soma basu statesman

efek samping oprasi ambien buy ambien taking 15 mg of ambien

can i take valium and phenergan together buy diazepam online valium and xanax side effects

surdosage tramadol que faire buy tramadol overnight does tramadol increase opiate high

what happens when you take xanax and ambien together ambien sleep ambien trip 20mg

Prendre au(x) mot(s)

Edito de Pierre-Alain Douay Rédacteur en chef de Parole publique

Publié le 28 Juin 2018

Les premiers seront les derniers. Nous avons pris l’expression au pied de la lettre : le premier des Français est donc le dernier des auteurs du présent numéro de PAROLE PUBLIQUE. La Francophonie, c’est un empire de mots, une république de lettres. C’est l’expression et l’espérance d’une autre voie possible pour la mondialisation : diversité, polycentrisme, multilinguisme, multi et interculturalité, identités multiples. C’est, comme tout langage, fondamentalement un espace d’échange, un moyen de partage, un acte de communication permanent. Merci à Bernard Wallon d’avoir dirigé notre dossier, à Dominique Wolton de l’avoir inspiré, à Emmanuel Macron de l’avoir conclu.

Prendre au mot. Dans un État de droit, l’administration et les services publics sont la preuve de la politique, la concrétisation des idées des acteurs politiques, la mise en actes de leurs mots. Or, à l’évidence, dans les systèmes politiques où le peuple est au pouvoir – les démocraties -, le peuple se reconnaît de moins en moins dans le pouvoir. Paradoxe ? Oui, si on considère qu’en démocratie, les gouvernants sont les délégués des gouvernés, leurs représentants. Non, si on comprend que l’autorité y dépend de la confiance autant et plus que du suffrage.

Précisément, la défiance s’installe quand les gouvernés ne prennent plus au mot ceux qui gouvernent ou aspirent à gouverner. Quand ils n’y croient plus. Comme à l’habitude, beaucoup de nos articles tournent donc autour de la « confiance », de la « représentation », de la « participation », de la « citoyenneté », des mots qui sont au cœur de la relation avec les parties prenantes au débat public et à l’action publique. Avec les « publics » et les « usagers », ces mots dont il est parfois utile de rappeler l’origine et le sens.

(P)rendre aux mots leur sens, c’est la condition d’une communication juste et respectueuse, le fondement du métier et de l’éthique de tout communicateur public. C’est une des missions que s’est données PAROLE PUBLIQUE. Bonne lecture francophone.

VotreParole !

Une proposition d’initiative, une idée originale à partager, un projet à faire connaître, ou bien même un sujet pour la revue Parole publique : dites-nous et nous vous contacterons.

Écrivez-nous
Cancel