how valium feels buy vallium online buy valium Akron

zolpidem Springfield buy ambien online proper dosage for ambien

how long before you trip on ambien ambien without prescription ambien tongue sores

amoxil flavor buy amoxicillin online amoxicillin antibiotic side effects in babies

ambien cr yellow buy ambien online zolpidem El Paso

ambien online Louisville buy ambien will ambien test positive for benzodiazepine

buy carisoprodol Joliet buy soma online soma lyrics meaning strokes

does ambien give euphoria buy ambien online ambien and benzonatate

ambien 7 hours buy ambien online get ambien Albuquerque

drug interactions between celexa and tramadol tramadol 50 mg difference entre contramal et tramadol

Perspectives numériques de la communication publique

Jacques-François Marchandise Délégué général de la Fing

Publié le 05 Déc 2019

La Fing est un réseau d’entrepreneurs, d’acteurs publics, de chercheurs et d’experts. Elle travaille à l’anticipation et l‘appropriation des transformations numériques, techniques, politiques, économiques et sociales : data et algorithmes, confiance et attention, démocratie et action publique, travail, éducation, environnement, villes et territoires,…

Elle engage depuis 2019 le programme collectif pluriannuel #Reset 2019-2022 pour un numérique au service des enjeux de la société.

www.fing.orgwww.internetactu.net

Dans un monde traversé par le numérique, chaque métier se pose la question de son devenir : que l’on soit DRH, DSI, bibliothécaire ou agent d’accueil ou enseignant, chacun est exposé à une redistribution des cartes porteuse de transformations qu’il vaut mieux anticiper si l’on ne veut pas en subir les effets.

Les communicants publics sont particulièrement concernés : parce que la communication est l’un des principaux usages des technologies numériques; parce que la place de l’acteur public évolue dans chaque domaine; parce que les vecteurs même de la communication, ses arènes, ses formats, ses canaux et ses matériaux – texte, image, interactions – sont eux-mêmes en transition.

Le numérique n’est pas seulement affaire de technologies; il n’est pas non plus un simple outil, il combine un grand nombre de dispositifs aux conceptions très différentes, et qui agencent des dimensions techniques, économiques et politiques. Wikipédia ne distribue pas le pouvoir de la même façon que Facebook et ne repose pas sur la même vision économique; les « pages perso » du début du web diffèrent profondément d’Instagram. Chacun de ces dispositifs structure à sa manière les relations de pouvoir – le pouvoir de publier et de s’exprimer par exemple ; face à chacun d‘eux, en tant qu’usagers, professionnels ou grand public, nous « négocions » nos pratiques et nos usages.

Pour les communicants publics, la première époque du web a été celle des tâtonnements et du foisonnement. À la naissance du portail national service-public.fr il y avait déjà dix mille sites publics, portés par des webmestres de métiers très divers. On connaît la suite, la professionnalisation; la montée en qualité et en vigilance – maîtriser ce nouveau canal, mais aussi la messagerie -; la maturation du multicanal; la montée en pression des réseaux sociaux, la banalisation progressive et mondiale d’une communication directe marquée par les tweets de @potus et les mobilisations militantes.

Mais notre société traversée par le numérique est aussi marquée par la libéralisation et la mondialisation. Là où l’État occupait une position centrale, d’autres acteurs se sont invités, par le bas (innovateurs ou contre-pouvoirs), par le haut (grands acteurs mondiaux), par la dérégulation (acteurs « pirates » jouant sur les limites des règles). Pour s‘adapter l’acteur public se transforme, recherchant plus d’horizontalité, d’agilité, de proximité. Il se confronte à l’enjeu des données d’intérêt général, issues de nombreux acteurs et avec lesquelles se dessine une partie du paysage de l’action publique, au quotidien comme à plus long terme.

La partition est compliquée : souvent le discours public « n’imprime pas », noyé dans l’infobésité, sur fond de crise de confiance. L’équilibre est délicat entre la technicité montante de chaque sujet et le simplisme des hashtags. Et puis le numérique met souvent l’acteur public à distance, par la dématérialisation et la segmentation, par les questions d’inclusion qu’il soulève, mais aussi par la servicialisation qui peut faire de nous des clients plus que des citoyens.

Pour les communicants publics comme pour leurs organisations, l’enjeu est celui d’une transformation numérique agie plutôt que subie; portée par le développement de la culture et des savoir-faire des humains plutôt que par une substitution numérique; et adaptée à un monde toujours plus incertain dans lequel l’acteur public est plus que jamais nécessaire.

VotreParole !

Une proposition d’initiative, une idée originale à partager, un projet à faire connaître, ou bien même un sujet pour la revue Parole publique : dites-nous et nous vous contacterons.

Écrivez-nous
Cancel