can tramadol cause forgetfulness tramadol 50 mg tramadol sandoz composition

what is tramadol hydrochloride 50mg used for tramadol generic meloxicam met tramadol

is it good to get off xanax cheap xanax online xanax overdose amounts

risks associated with ambien buy ambien how much is ambien at costco

ambien Cleveland buy ambien ambien f/c

does tramadol metabolized into morphine buy tramadol cod ultram buy Memphis

soma seeds grow shop buy soma carisoprodol online Pomona

get diazepam Pueblo buy valium valium uk street price

want to stop taking xanax xanax mg chi ha usato xanax in gravidanza

difference between ambien sonata and lunesta ambien sleep ambien and kidneys

Portrait de Benoît Parayre.

LE CENTRE POMPIDOU : LOCAL, NATIONAL,…

Benoît Parayre directeur de la communication et des partenariats, CNAC Georges Pompidou

Publié le 11 Déc 2015
Couverture Parole publique n°10.

À la fin des années 1960, Georges Pompidou, Président de la République, décide de créer au centre de Paris un centre culturel d’envergure, avec la conviction qu’une société qui s’ouvre plus largement à l›art de son temps est plus apte à changer et à se moderniser.

Je voudrais passionnément que Paris possède un centre culturel qui soit à la fois un musée et un centre de création, où les arts plastiques voisineraient avec la musique, le cinéma, les livres, la recherche audiovisuelle, etc. La création, évidemment, serait moderne et évoluerait sans cesse. La bibliothèque attirerait des milliers de lecteurs qui, du même coup, seraient mis en contact avec les arts. 
Georges Pompidou

« La pluridisciplinarité transcende les cloisonnements et hiérarchies entre les arts. » 

En plein cœur d’un quartier historique, entre Halles et Marais, ce centre d’art pluridisciplinaire doit accueillir plusieurs institutions : le Musée national d’art moderne­, le Centre de création industrielle, l’Institut de Recherche et Coordination Acoustique/Musique (Ircam) fondé par le compositeur Pierre Boulez et la Bibliothèque publique d’information (Bpi). 700 équipes du monde entier participent au concours international d’architecture lancé en 1971. Le jury, présidé par Jean Prouvé, retient deux architectes trentenaires, Renzo Piano et Richard Rogers, dont le projet radical est aujourd’hui reconnu­ comme une icône de l’architecture du xxe siècle.

Un acteur singulier et pluridisciplinaire

Avec plus de 115 000 œuvres, son musée­ détient l’une des deux premières collections au monde et la plus importante d’Europe dans le domaine de l’art moderne et contemporain. Aux croisements des disciplines artistiques, le Centre Pompidou produit quelque vingt-cinq expositions temporaires chaque année, propose des programmations de spectacles : théâtre, danse, performances, cinéma, parole, recherche­ et création musicale. Avec chaque année 3,5 millions de visiteurs, c’est le troisième lieu le plus apprécié en France après le Louvre et la Tour Eiffel. Fidèle au projet originel d’élargissement des publics de l’art et de la création, le Centre Pompidou est un lieu populaire qui cherche à aller à la rencontre de ses publics.

« La décentralisation, c’est aussi le Centre Pompidou mobile : Chaumont, Cambrai, Boulogne-sur-Mer, Le Havre, Libourne, Aubagne. »

Étroitement lié à l’architecture d’un bâtiment­ révolutionnaire en toute transparence depuis son parvis, le Centre Pompidou incarne ainsi la vision de son fondateur d’un lieu culturel ouvert à ses visiteurs : pluridisciplinarité qui transcende cloisonnements et hiérarchies entre les arts, augmentation de la surface de contact entre le public et la création de notre temps.

« Un des premiers producteurs mondiaux d’expositions temporaires, il participe au rayonnement de la France dans le monde. »

Promouvoir l’éducation artistique et culturelle, ainsi que le dialogue direct du jeune public avec la création contemporaine sous toutes ses formes, par l’expérimentation, la stimulation des sens et de l’esprit constituent les axes de l’action éducative du Centre Pompidou. Ainsi a-t-il aussi créé le premier espace dédié aux adolescents, le studio 13/16. Des programmes visant à autonomiser les enfants et les adolescents, les mettent en contact avec l’œuvre et l’artiste, en leur faisant vivre l’expérience de la création à tous les âges, avec l’école ou en famille.

Une institution pionnière en matière de décentralisation

Le Centre Pompidou est aussi une institution pionnière en matière de décentralisation, à travers des initiatives inédites : depuis 2010, le Centre Pompidou-Metz, première décentralisation permanente d’une grande institution culturelle, a accueilli 300 000 visiteurs chaque année. La décentralisation, c’est aussi l’expérience originale et réussie du Centre Pompidou mobile qui a itinéré dans six villes de France – Chaumont, Cambrai, Boulogne-sur-Mer, Le Havre, Libourne, Aubagne – durant­ deux ans et accueilli plus de 250 000 visi­teurs, dont 18 % de primo-accédant dans un musée. Et, depuis toujours, le Centre Pompidou développe une politique de prêts et de dépôts dynamique dans de nombreux établissements culturels en région.

« Les itinérances hors les murs se sont déployées vers
les pays européens, l’Amérique du Nord et du Sud, l’Asie de l’Est. »

Avec un savoir-faire reconnu, un des premiers producteurs mondiaux d’expositions temporaires, il participe au rayonnement de la France dans le monde, en lien étroit avec les plus grands musées du monde. Ses expositions circulent internationalement et son réseau de partenaires compte les institutions culturelles internationales de références mais aussi les nouveaux acteurs émergents, notamment en Asie.

Une marque mondiale

Depuis 40 ans, son modèle s’est imposé en termes d’ingénierie culturelle et de développement. Mais d’abord en termes de valeurs : partage de la création, ouverture au plus large public, croisement et dialogue des disciplines, ouverture à la création prospective et à l’émergence, écriture de l’histoire de l’art des xx et xxie siècles… Le Centre contribue à dynamiser le tissu culturel mondial. Présent sur les scènes émergentes et parmi les nouveaux acteurs culturels, il prépare ainsi la collection de demain, de plus en plus ouverte.

Lancée en 2008, la politique des expositions hors les murs fait le pari d’un rayonnement accru de sa collection vers des territoires nouveaux, sous le commissariat de ses équipes scientifiques. Ces expositions ont attiré 1,2 million de visiteurs en 2013-2014. Tout en maintenant une relation privilégiée avec des partenaires historiques – notamment le Japon – les itinérances hors les murs se sont déployées vers les pays européens, l’Amérique du Nord et du Sud, l’Asie de l’Est et des nouveaux territoires désireux de s’inscrire dans les circuits des grandes expositions internationales. L’exposition Kandinsky : une rétrospective a visité successivement Milan, Milwaukee, Nashville et Madrid, où elle achève sa tournée au Palacio de Cibeles d’octobre 2015 à février 2016.

Les Centres Pompidou provisoires

Pensés pour s’implanter à l’étranger dans un lieu mis à disposition par un partenaire pour une durée comprise entre trois et cinq ans, les Centres Pompidou provisoires ont pour ambition de déployer plus largement la collection du Centre Pompidou et de valoriser ses savoir-faire en matière de médiation et de programmation culturelle, constituant ainsi l’un des fers de lance du développement international de l’institution. À travers ces institutions d’un genre nouveau, c’est toute la richesse de sa collection, l’excellence de sa programmation, le croisement des disciplines artistiques et l’innovation de ses programmes de médiation que le Centre Pompidou propose de faire découvrir à un nouveau public venu de tous horizons.

« Concevoir avec le partenaire un dispositif original de médiation et enrichir la programmation du Centre Pompidou provisoire en dialogue avec la scène artistique locale. »

L’institution parisienne apporte son ingénierie, son expertise culturelle et collabore étroitement avec le partenaire pour concevoir un dispositif original de médiation et enrichir la programmation du Centre Pompidou provisoire en dialogue avec la scène artistique locale. Elle permet ainsi­ d’aller au-devant de publics nouveaux, d’échanger et de tisser des liens toujours plus étroits avec des scènes artistiques lointaines. Le premier Centre Pompidou provisoire a ouvert ses portes à Malaga, en Espagne, le 28 mars 2015. Il a déjà accueilli plus de 150 000 visiteurs. De nouveaux projets de développement sont en cours en Chine, en Corée, aux États-Unis…

VotreParole !

Une proposition d’initiative, une idée originale à partager, un projet à faire connaître, ou bien même un sujet pour la revue Parole publique : dites-nous et nous vous contacterons.

Écrivez-nous
Cancel