which is less addictive xanax or valium buy valium side effects of valium for cats

como usar formula soma se soma online soma running 300 watch

how does ambien affect neurotransmitters buy ambien online alternative medicine to ambien

shokugeki no soma 26 español online order soma online soma kömür işletmeleri iş başvurusu

depression on ambien buy ambien online ambien in ireland

algoritmo multiplicação usando soma buy soma online aura soma b 51

can you use suboxone with xanax alprazolam price xanax drug interactions alcohol

soma aero brake levers buy soma soma birds lagoon palamattam

ambien triglycerides buy ambien how long does it take for an ambien to start working

valium for spasticity buy valium valium and brain injury

La participation citoyenne à Paris : capitale

Pauline Veron Adjointe à la mairie de Paris, chargée de la démocratie locale, participation citoyenne, vie associative et jeunesse

Publié le 25 Mar 2019

La démocratie doit commencer à la maison, et sa maison c’est la communauté de voisinage
John Dewey1

200 000 détenteurs de la carte citoyenne, plus de 210 000 votes lors de l’édition 2018 du budget participatif, autant de témoignages de l’engouement des Parisien.ne.s pour les initiatives de participation citoyenne et de démocratie locale. Ces initiatives s’inscrivent dans le cadre plus large de la démocratie participative qui peut s’entendre comme « l’ensemble des démarches et des procédures qui visent à associer les citoyens « ordinaires » au processus de décision politique »2.

On peut schématiquement distinguer deux conceptions de la démocratie participative : d’une part, une pratique institutionnalisée qui vient compenser le manque de légitimité démocratique d’un régime ; d’autre part, une émergence populaire plus spontanée sous forme d’une « contre-démocratie », pour reprendre l’expression de Pierre Rosanvallon3, qui se manifeste par la reprise en main, par les citoyens eux-mêmes, de leur désir d’agir ou de protester et de prendre part à la chose publique. Depuis 2014, nous cherchons à allier ces deux dimensions en proposant une offre pour rendre la participation accessible au plus grand nombre tout en nous nourrissant des retours et des attentes des citoyens. Nous sommes persuadés que les citoyens, parce qu’ils sont au cœur des problématiques sur lesquelles nous travaillons, sont au fondement de l’intelligence collective indispensable à l’élaboration et à la mise en œuvre durable des politiques publiques.

Si la participation citoyenne est particulièrement dynamique dans la capitale c’est qu’elle s’appuie sur un terreau foisonnant en termes d’acteurs, d’outils, de formation ou d’accompagnateurs. Nous nous attachons à en faire un enjeu clé de la politique de la ville. En repositionnant le citoyen au cœur de la vie de la cité, les initiatives de démocratie locale et la participation citoyenne deviennent un des principaux vecteurs de la transformation de la ville et s’inscrivent comme une véritable matrice du développement social et culturel de Paris. Outre cette démarche de co-construction des politiques publiques, la participation citoyenne et la démocratie locale contribuent à renforcer le lien social et le vivre-ensemble entre les individus qui se retrouvent autour de la notion d’engagement. Cet engagement se manifeste notamment par un investissement massif de la vie associative de la part des Parisien.ne.s comme en témoignent les 70 000 associations et les 700 000 bénévoles associatifs qui œuvrent dans la capitale.

Allier les deux dimensions de la démocratie participative : la pratique institutionnalisée et l’émergence populaire d’une contre-démocratie.

Nous mettons à disposition une pluralité d’outils afin de répondre à cette forte demande démocratique d’expansion de la citoyenneté à l’échelle de la ville. Les initiatives de démocratie locale parisienne bénéficient d’un accompagnement solide et varié, du Service municipal de la participation citoyenne au Carrefour des associations parisiennes (CAP) en passant par les Maisons de la vie associative et citoyenne, qui sont autant d’interlocuteurs de qualité pour relayer l’action citoyenne et l’engagement à travers la ville.

Les citoyens sont au fondement de l’intelligence collective indispensable à l’élaboration et à la mise en œuvre durable des politiques publiques, à la transformation de la ville.

Parmi nos dispositifs phares de participation citoyenne, je pense évidemment au budget participatif, outil démocratique singulier qui n’a cessé de prendre de l’ampleur depuis 2014. Le budget participatif n’est pas une exclusivité parisienne, il se répand de plus en plus en France comme à l’étranger. Le budget participatif parisien se distingue cependant par son ampleur avec 5 % du budget de la Ville de Paris, 100 millions d’euros par an soit 44 euros par habitant là où la moyenne nationale est autour de 9 euros. Avec celui de Madrid, notre budget participatif est aujourd’hui le plus important au monde aussi bien en termes de montant alloué que de participation : en 2018, 1924 projets ont été déposés et 805 ont été soumis au vote, vote auquel plus de 210 000 Parisien.ne.s ont participé. Je note également l’engouement suscité par la « carte citoyenne-citoyen de Paris » qui propose aux Parisien.ne.s, dès l’âge de sept ans, des ateliers citoyens permettant de se former au fonctionnement de la ville ou à la prise de parole en public et donne accès à des visites de lieux insolites de Paris et à des évènements culturels ou sportifs visant à favoriser le vivre-ensemble.

À côté de ces dispositifs à grande échelle, une série d’outils favorise davantage l’aspect local des échanges inter-citoyens en permettant la réalisation de divers projets de quartier, comme les conseils de quartier ou les kiosques. Les fonds de participation des habitants permettent également de soutenir des projets ponctuels à faible coût, visant à créer du lien social entre les citoyens via des évènements culturels, sportifs et de vivre-ensemble comme la fête des voisins. La participation citoyenne parisienne passe aussi par l’organisation régulière d’évènements de grande ampleur comme La Nuit des débats qui, deux fois par an, favorise l’échange et le lien social entre la mairie et les citoyens comme entre les citoyens eux-mêmes.

Avec Madrid, notre budget participatif est le plus important au monde, en montant comme en participation : 5 % du budget, 44 euros par habitant, 1924 projets dont 805 soumis au vote, 210 000 participants.

Dans un souci d’intégration du plus grand nombre, nous avons choisi de favoriser la participation citoyenne en recourant assez largement au numérique comme moyen d’accès à la vie démocratique, à travers la mise en place de plateformes numériques collaboratives4. Ces plateformes et applications permettent aux citoyens d’agir directement à l’échelle de la ville ou de leur quartier, d’interpeller le Conseil de Paris ou encore de voter sur des enjeux au cœur de leur vie quotidienne que ce soit dans le cadre de l’accès au logement ou du Plan climat. Lors de la votation pour le Plan climat, près d’un participant sur cinq a voté en ligne. Cette votation a permis de faire émerger 15 000 Volontaires du climat, désireux de prendre part à des actions contre le changement climatique. Les Parisien.ne.s n’hésitent pas se saisir de ces outils numériques pour faire entendre leur voix, que ce soit à titre individuel ou collectif, à l’instar de Tiphaine D porte-parole de l’association Osez le Féminisme qui a trouvé avec jemengage.paris un moyen de faire passer un message clair aux victimes de harcèlement et de viol.

Des plateformes numériques collaboratives et des applis permettent aux citoyens, à l’échelle de la ville ou du quartier, d’interpeller le Conseil de Paris ou de voter sur des enjeux de vie quotidienne.

Dans le contexte récent, il nous a semblé évident de nous investir dans le cadre du Grand débat national en déployant un dispositif propre qui réponde aux attentes des Parisien.ne.s. En travaillant autant avec les différentes instances de démocratie locale existantes (Conseil des générations futures, Commission parisienne du débat public, conseils de quartier, Conseil parisien de la jeunesse ou encore conseils citoyens), qu’avec les mairies d’arrondissement qui le souhaitent. Sur le modèle des Volontaires du climat, nous avons lancé un appel aux Parisien.ne.s pour leur proposer de faire partie des Volontaires des débats. Plusieurs centaines ont souhaité s’engager dans cette expérience démocratique. Nous leur avons proposé une formation pour qu’ils puissent à leur tour animer des débats ou encore recueillir les propositions citoyennes des habitants de leur quartier. Les Parisien.ne.s ont également répondu massivement présents lors des douze heures d’expression libre organisées le 25 janvier, de midi à minuit, dans la salle du Conseil de l’Hôtel de Ville. Si nous voulons que les Parisien.ne.s se saisissent du débat, il est indispensable d’assurer la transparence et l’indépendance du dispositif. Nous avons donc fait le choix de mettre en place un comité de garants chargé de faire respecter ces principes : composé de six citoyen.ne.s tirés au sort, de trois experts universitaires et de trois représentants désignés au sein de nos instances de démocratie participative (Conseil des générations futures, Commission parisienne du débat public et Conseil parisien de la jeunesse).

Mairies d’arrondissement, Conseil des générations futures, Commission parisienne du débat public, conseils de quartier, Conseil parisien de la jeunesse, conseils citoyens : nos instances de démocratie locale se sont investies dans le Grand débat national.

Forte d’un puissant dispositif d’engagement et d’une vitalité démocratique remarquable, la Ville de Paris est plus que jamais tenue de renforcer la démocratie locale et la participation citoyenne. La participation citoyenne, en tant qu’elle offre au citoyen la possibilité de redevenir pleinement contributeur de son quotidien, m’apparaît aujourd’hui comme incontournable pour garantir l’adhésion du plus grand nombre. Tous les outils et dispositifs autour desquels nous travaillons se rassemblent autour de cette volonté d’ancrer durablement la participation citoyenne au coeur de la pratique politique.

____________________________

1 – John Dewey, The Public and its Problems, New York, Holt.1927
2 – Anne Châteauneuf-Malcès, La démocratie participative : entretien avec Loïc Blondiaux, 15 janvier 2018 http://ses.ens-lyon.fr/articles/la-democratie-participative-entretien-avec-loic-blondiaux
3 – Pierre Rosanvallon, La contre-démocratie : la politique à l’âge de la défiance, Seuil, 2014
4 – https://budgetparticipatif.paris.fr/bp/; https://petition.paris.fr/epetition/; https://idee.paris.fr/; https://jemengage.paris.fr/

VotreParole !

Une proposition d’initiative, une idée originale à partager, un projet à faire connaître, ou bien même un sujet pour la revue Parole publique : dites-nous et nous vous contacterons.

Écrivez-nous
Cancel