can you take xanax and clonazepam together buy alprazolam online no prescription alternative medicine to xanax

ciprofloxacin as ocular liposomal hydrogel buy soma soma stilss

biological half life of tramadol buy tramadol cod opiate comparison chart tramadol

what is the street price of ambien ambien pill does ambien give you hiccups

purchase diazepam Nashville buy valium online xanax or valium for pain

take soma now soma 350 mg soma communities 4gs

is a xanax high fun cheap xanax advil allergy and congestion relief and xanax

soma orthopedics san francisco soma online soma in houston tx

use of melatonin and ambien buy ambien online buy ambien online Tennessee

order valium Concord buy valium online diazepam buy St. Louis

Pierre-Alain Douay

Édito de Pierre-Alain Douay

Parole publique n°11, avril 2016

Publié le 11 Avr 2016
Couverture de la revue Parole publique n°11 - avril 2016.

أبو عبد اللهّٰ محمد بن موسى الخوارزمي

 

Au commencement était un homme :

Muhammad Ibn Mu¯sa¯ Al-Khwa¯rizmi¯, mort vers 850 à Bagdad, est l’auteur du Kita¯b al-mukhtasar fi¯ hisa¯b al-jabr wa-l-muqa¯bala (Abrégé du calcul par la restauration et la comparaison). Au XIIe siècle, l’Europe lui inventa un nom latin (Algoritmi) et nomma son invention : l’algèbre. Son traité ne contenait aucun chiffre. Toutes les équations s‘exprimaient par des mots : au commencement (de l’algorithme) était le verbe.

Astronome et donc, à l’époque, astrologue, Al-Khwarizmi prédit un jour au calife qu‘il vivrait encore cinquante ans. Le calife mourut dix jours après la prédiction. Algorithme était un homme. Il était donc faillible.

Telle n‘est pas la réputation de sa descendance numérique : les algorithmes passent pour infaillibles. Ils sont partout : ordinateurs, cryptographie, routage d‘informations, planification des ressources, traitement de textes et d‘images, bio-informatique, etc. Ils peuvent (presque) tout.

Depuis des siècles, l‘homme calcule ou décrypte des algorithmes. Aujourd’hui, l’algorithme calcule l‘homme : il décrypte, anticipe, destine, assigne, cerne l’usager et le consommateur, parfois l’électeur. Et bientôt le citoyen ? À l’heure des données de masse, comment gouverner (sans, avec) les algorithmes ? Comment les rendre transparents et, au moins, compréhensibles par les gens ? Il en va de la liberté et de la créativité des individus. C‘est bien le sujet du dossier réalisé sous la direction de Xavier Crouan et Pascal Martin.

La communication doit rester une science (et une relation) humaine, un échange, une interaction entre des personnes, quels qu‘en soient les médiations et les outils, même algorithmiques. L‘homme doit rester la mesure et la finalité de toute action publique. La communication publique est une éthique avant d‘être une technique : ces convictions partagées par les membres de Communication publique éclairent tous les articles de ce numéro de PAROLE PUBLIQUE.

Car, à la fin il y a l‘homme.

Pierre-Alain Douay, Rédacteur en chef

VotreParole !

Une proposition d’initiative, une idée originale à partager, un projet à faire connaître, ou bien même un sujet pour la revue Parole publique : dites-nous et nous vous contacterons.

Écrivez-nous
Cancel